Tempête sur Barrow (J6)

22 Mai 2013, UAF, Fairbanks

Voilà cinq jours que le soleil luit de mille feux, mais que son disque reste invisible, caché par l’épaisse couverture nuageuse. Ce matin, à peine réveiller, j’entends le vent gémir à l’extérieur de la cabane, les bourrasques s’affaler contre les fins murs de notre maison.Durant la nuit, la neige s’est insinuée sous la porte de l’entrée arctique [footnote]petit vestibule situés à l’entrée des maisons permettant de se changer et de revêtir ou se dévêtir des nombreuses couches à l’abri du froid extérieur, mais aussi de la chaleur de la maisonnée[footnote], noyant nos souliers sous un fin manteau.

Dehors, l’étendue nordique est balayée par un vent tempétueux. Le sol est nettoyé, les cristaux volent, seuls quelques sastrugis couronnent les restes de neige verglacée. Le vent cingle nos visages, malgré nos grandes capuches. Point de discussion ce matin, nous nous engouffrons dans le bus  avant de récupérer les autres étudiants un après les autres dans les différentes cabines. Au déjeuner, Hajo nous annonce que nous ne nous aventurerons pas sur la glace de mer aujourd’hui. Sous les assauts du vents, la glace de mer pourrais se fracturer, être agitée de soubresauts ou encore se détacher de la rive. Cette décision, bien que sage, nous ai imposé par l’UMIAQ, les responsables de la base, composé d’Iñupiat. Barrow doit être l’un des seuls endroit au monde, où les scientifiques se rangent sous l’avis des natifs, seuls maitres à bord.

Ce qui aurait pu être un jour de repos est essentiellement consacré à traiter les données acquises les jours précédents, esquisser l’ébauche des présentations de fin de semaine ou encore de penser au rapport qu’il nous faudra rédiger après le cours. Une fois ayant rejoins les laboratoires et notre salle de conférence au BARC, aucun de nous n’a l’envie de quitter l’abri chauffé de ces murs pour affronter les mugissements du vent. S’il ne fait que -10°C, la température apparente frise les -30°C, et la tempête souffle avec vigueur à plus de 50km/h.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *