Retour à Fairbanks (J10)

4 juin 2013, UAF, Fairbanks Pour notre dernière soirée à Barrow, nous nous réunissons dans la cabane 177. Quelques millilitres de whisky restant de mon assistant écossais, juste assez de café pour deux cafetières, des saucisses de Frankfurt cuisinée par Evan. De nombreuses heures ont passées en discutant de la pluie et du beau temps, de nos projets, de nos travaux, de ces 10 jours passés à Barrow. Dehors le soleil luit, pareil à ces 9 derniers jours. Si la terre continue d’orbiter autour du soleil, le prochain coucher devrait avoir lieu le 2 août. Il sera presque 4h00 lorsque je rejoindrai mon lit, pour une courte nuit. Bien que le cours soit officiellement terminé, le lever est aussi matinale que les jours précédents. Avec Megan, la matinée suffira tout juste à ranger le Theatre, empaquetant le matériel devant retourner à Fairbanks, graissant au WD40 les vis Auger et les ice corers, contrôlant le bon fonctionnement des outils. Peu avant midi, le hangar est aussi vide qu’au premier jour lors de notre arrivée.

Barrow, Gravel Pit : jeune glace de mer, exempte d'aspérité
Barrow, Gravel Pit : jeune glace de mer, exempte d’aspérité

Comme nous l’avait annoncé Hajo hier soir, nous sommes les invités du Saturday Scientific Talk. Durant cette rencontre scientifique qui se tient tout les samedis en début d’après-midi au BARC, l’un des chercheurs présents sur la base présente son travail aux locaux et autres scientifiques. Si l’heure, de 14h00 à 16h00, peut paraître surprenante, les divertissements ne sont pas foison à Barrow et cette réunion vient brisé la monotonie de la vie nordique. Devant un parterre composés d’une trentaine de personne, dont un bon tiers de natifs, après une brève introduction de la part de nos instructeurs, nous présentons le fruit, encore mal dégrossi, de notre travail.

Pépé's
devanture de Pépé’s

Alors que les trois étudiants asiatiques s’était précipitée à l’Osaka, l’un des deux restaurants asiatiques de Barrow, notre collègue japonais se réjouis de nous accompagner chez Pépé’s le restaurant mexicain le plus au nord du contient américain. Sur le chemin du retour, nous suivons la côte depuis le sud à la hauteur du Gravel Peat, où une large fissure strie la jeune glace de mer, formée suite à la gigantesque rupture de la glace de mer en début du mois, jusqu’à quelques miles de Point Barrow, où j’admire un umiaq, barque pour la chasse à la baleine composée d’intestins de phoque cousus, tendu sur un squelette de bois.

Umiaq, recouvert par une bâche, en attendant la chasse à la baleine
Umiaq, recouvert par une bâche, en attendant la chasse à la baleine

En fin d’après-midi, une heure et demi avant le décollage, avec Megan nous nous rendons une dernière fois au BARC pour récupérer nos échantillons dans la chambre froide. Au moment d’enregistrer nos bagages, nous assistons à la scène toujours aussi surprenante, mais qui se déroule presque à chaque excursion à Barrow, lorsque l’agent préposé à la sécurité ouvre nos bacs frigorifiques pour ausculter tous nos échantillons. Avant d’embarquer, Hajo emmène son groupe, Megan, Oliver et moi jusqu’au Gravel Peat pour observer la fracture, et prendre un dernier cliché.

Dernier jour à Barrow, short, t-shirt et bonne humeur
Dernier jour à Barrow, short, t-shirt et bonne humeur

Quittant les rivages arctiques, North Slope et les montagnes des Brookes Range sont encore cachées dans la neige. Soudain, alors que nous ne sommes plus qu’à quelques dizaines de kilomètres de Fairbanks, le paysage change drastiquement, les vallées sont sombres, les rivières se parent de teintent foncées : la neige a fini par disparaitre. Alors que nous survolons la ville, le haut bâtiment du GI – Geophysical Institute – se détache, entouré par des prairies rendues beiges par l’hiver.

This slideshow requires JavaScript.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *