Rencontres à Lausanne

Fairbanks, 13 Septembre 2013

Aujourd’hui, rien de bien excitant. Après un robuste petit déjeuner, je passe brièvement au LTC pour voir Véronique Michaud, mon ancienne cheffe, qui a pars pour Paris dans l’après-midi, avant de retourner à Lausanne, pour dîner avec Patrick Minet, l’une de mes meilleures rencontres que j’ai fait au sein de Balélec. A lui tout seul il était un personnage, mais ensemble nous avons formé pendant quelques années un parfait et efficace tandem. Mon appareil photographique commençant à montrer quelques soucis d’ouverture de diaphragme, je passe chez Photo-Grancy où je l’avais acheté. Une vingtaine de minutes plus tard, après avoir testés quelques autres objectifs sur mon châssis et mon objectifs sur un de leur châssis, je ne suis guère plus avancé. Il semblerait que le problème provienne plus du boîtier. Toutefois, il semblerait que je doive prendre en considération le fait que je devrais peut être changé de boîtier dans un proche avenir.

De retour sur le campus de l’EPFL en milieu d’après-midi, je passes voir mon futur beau-frère dans son bureau pour le féliciter en chaire et en os pour son doctorat, ses fiançailles, le post-doc qu’il a trouvé à San Francisco. Je le retrouve fidèle à lui-même, pas le moins du monde stressé pour son mariage le surlendemain. Le temps d’un café nous discutons de l’Alaska, de ses derniers mois avant sa défense, des vacances. En fin d’après-midi, je m’enferme dans le bureau de Véronique pour une conférence téléphonique avec Hajo, en Alaska, Sonke et Chris en Norvège à propos d’un proposé sur le comportement du pétrole dans la glace de mer. Une bonne heure et demie de palabre débouche sur une future collaboration, mais sans doute aussi une bonne journée de travail durant ma semaine de vacance. Toutefois, si le proposé est financé, il pourrait y avoir quelques voyages intéressants à la clef.

18h00, me voici de retour au centre ville de Lausanne sur la terrasse du Great Escape, un de mes autres bars préférés. Paul, Matthieu, Yannick, Erica, Marina … les anciens collègues du LTC m’y rejoignent, et j’y croise bon nombre de connaissance. A l’heure du souper, l’attente est bien trop longue pour les Burgers du Great et Béné propose d’aller Chez Jaime, le portugais. Excellente nourriture, les différents plats à base de morue sont tous aussi bon les uns que les autres.

La panse bien remplie, nous voici de retour sur la terrasse du Great Escape. Marina me présente Ernesto, effectuant un doctorat sur la neige à l’EPFL. Dans la discussion, il spécifie avoir fait une croisière scientifique en Antarctique. A la question de l’année il me réponds, l’an dernier. A ma demande, il me fournit le nom du bateau Aurora Borealis. Le monde est définitivement bien petit, je lui demande alors s’il n’a pas connu Jenny, une amie scientifique travaillant à l’IARC 1 situé dans le bâtiment à côté duquel je travail et Ken, l’un des profs du cours sur la glace de mer à Barrow, avec lequel je m’étais bien entendu. Je lui dis qu’il ne faut pas qu’il rate l’occasion de venir une fois à Fairbanks pour rencontrer Matthieu Sturm, l’un des meilleures chercheurs sur la neige, partageant mon étage. Excellente soirée que je quittes avec regret peu après minuit pour prendre le train en direction du Valais. Sur le chemin de la gare, un dernier regard sur la magnifique cathédrale de Lausanne. Arrivé chez ma soeur à Martigny, nous discutons encore un moment, avant que Morphée nous tente les bras.

[singlepic id=637 h=450 float=center]

 

Notes:
1.   International Arctique Research Center

Comments

  1. Rien de bien excitant dis tu?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *