Arctic Entry J2

UAF, Fairbanks, 23 décembre 2013, 16h15
Neigeux, -20°C

Lever matinale, café, pain, beurre et confiture me voilà d’excellente humeur. Aujourd’hui il est temps de poursuivre le projet de l’entrée arctique. Vendredi, j’ai profité de la lumière du milieu de journée pour aller chercher du bois et quelques outils chez Bjarke. Une bonne heure fut nécessaire pour enlever neige et glace de la bâche protégeant le tas de bois. Alors que la nuit tombe, 3 panneaux de tripli, 7 poutres 2”x6” non équarries trônent dans mon logis. Rapidement j’installe mon atelier à l’extérieur, les températures clémentes, aux environs de 17°F (-8°C) rendent le travail bien agréable. Peu à peu le bois est coupé aux bonnes longueurs, ajustés mais pas encore vissés. les conseils qu’Andy m’a donné hier soir me sont plus qu’utiles. En début d’après-midi, prêt à commencer le montage, je passe chez Matthew pour voir s’il a une heure de son précieux temps – il part lundi pour l’Ohio – pour me donner un coup de main.

Et nous voici à deux, travaillant d’arrache-pieds, ajustant les parties entre elles. Il faute dire qu’entre d’une poutre verticale, mesurée précisment à l’aide du fils à plomb, et le sol de ma cabine, l’angle n’est d’équerre. Je m’étais bien rendu compte que mon plancher était malplat, comme dans toutes les cabines et maisons construites en bois et sur du permafrost. Toutefois, je ne m’attendais pas à ce que les différences puissent atteindre près de deux centimètres sur une distance d’un mètre. Peu à peu l’ensemble prends forme. Structures et porte sont en places lorsqu’il repart deux heures plus tard

 [singlepic id=746 h=450 float=center]

Un petit saut par HomeDepot est nécessaire pour acheter les vis qui me font cruellement défaut, ainsi que quelques planches pour le bordage finale. De retour, il est temps de préparer le souper, les morceaux de viande grillée sont mis à mijoter avec des échalottes, des carottes, le tout arrosé de bière brune. Dehors, je déblaie pour la troisième fois de la journée la neige qui s’accumule dans mon atelier. Si couper le panneau tripli au bonne dimension ne m’a pas poser de problème, l’installer fut par contre bien plus délicat, car entre les poutres du plafond, le plancher ondulant, il m’a fallut enlever quelques bons centimètres pour qu’il consente à se mettre en place. Pendant ce temps un doux fumet flotte dans l’air de la cabine

 [singlepic id=744 h=450 float=center]

Peu après une heure, l’entrée est presque terminée, il me manque deux morceaux de bois pour terminer le petit battant. Fier du résultat, il est temps de nettoyer la cabine de la poussière, copeaux et autres saletés accumulée sur le sol, avant de passer un table. Excellent purée-ragout-coup d’rouge. Avant de rejoindre les bras de Morphée, je prends le temps de réorganiser l’agencement avec l’intégration de ce nouvel élément dans mon intérieur. Il y aura sans doute encore une ou deux histoires à propos de cette entrée, car le travail est loin d’être terminé : finition du battant, bordage du tripli avec des planches de bois, jointayages avec les murs, et surtout le déplacement des interupteurs. Pour l’instant il me faut me rendre dans l’arctic entry pour allumer le plafonnier du salon ou celui de l’escalier, pas des plus pratiques à l’usage.

[nggallery id=20110425 template=player  images=0]

 

Series Navigation<< Arctic Entry

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *