Noel

Fairbanks, 2685 Home Run,
Dégagé, -30°C

A la veille de Noël, rien d’exceptionnel n’est venu troubler mon existence. La politique du l’UAF étant de nous faire travailler jusqu’au soir, je suis arrivé tardivement au bureau. 9h00 en Alaska, 18h00 en Suisse, je profites de téléphoner à la maison en Suisse. Avec un peu de chance, toute la famille est sans doute réunie pour fêter Noël et je devrais les déranger en pleine apéro. Longue discussion avec mes parents, ma sœur et Ozgür, mes grands-parents, ainsi qu’avec mon oncle Pierre-Alain et Jocelyne, exceptionnellement présent à Riddes cette année. Le reste de la journée ne sera guère intensive avec une bière en  milieu d’après-midi avec Ida, la finlandaise que j’avais rencontré dans l’avion sur le chemin du retour à la fin du mois d’août, et quelques autres potes. Le temps de ranger mon bureau, d’aller regarder Catching Fire, le deuxième épisode de la trilogie Hunger Game et la soirée est presque avancé. Peu après 22h00, je rejoins Simon à Willow Run. Alors qu’il finit de préparer sa buche de Noël, je m’occupe de cuire quelques madeleines. De retour à la maison, j’ouvre la deuxième partie du cadeau à Valérie, un magnifique dessous de plat, dont le décors n’est autre que les différentes types de pâtes.

[singlepic id=759 h=450 float=center]

Grasse matinée au matin du 25 décembre : je me lève en même temps que le soleil.. En début d’après-midi, Simon passe me chercher. Depuis un certain nombre d’année, l’équipe d’internationaux, à savoir Sarah, Skye, Simon, Eyal, Alessio, Andy passent leur Noël chez Anita, une dog-musher 1pilote et propriétaires de chiens de traineaux[\foot. Il n’a pas fallut attendre longtemps avant de me faire embrigader à mon tour. Et si Simon apporte la bûche, préparée suivant la recette de sa grand-mère, j’y emmène un traditionnel vacherin glacé, suivant la recette de maman.

[singlepic id=758 h=450 float=center]

Simon et moi sommes bienheureux de quitter Fairbanks et ses -35°C pour gagner les hauteurs autour du Murphy’s Dome: la-haut, grâce à l’inversion thermique, le mercure grimpe jusqu’à -20°C. A peine arrivé, nous sommes installés confortablement dans une chaleureuse petite cabine. Rapidement les restes de midi, bacons & eggs nous sont servis avec une tasse de thé. Alessio de retour d’un tour en skijoer, prends juste le temps de se réchauffer, avant de nous emmener pour un tour en traineau. Alessio et Simon m’apprennent comment mettre un harnais au chien, puis à l’attacher correctement. Et voilà, nous sommes parti pour une balade : sur une sente serpentant entre les arbres, avant de s’élancer sur la route enneigée puis rejoindre un chemin glissant entre les vernes. Assis à l’avant, l’impression de vitesse est sensationnelle. Entrainé par 8 chiens, le traineau suit les courbes, glisse avec douceur sur les bosses.

[singlepic id=756 h=450 float=center]

Une heure plus tard, de retour à la cabine, je fais connaissance d’Anita, un petit bout de femme énergique, aux cheveux noirs corbeaux, des plus sympathiques. Je l’accompagne pour aller nourrir les chiens, aux nombres de 22, apprends leur nom, même si je ne retiendrais que certains : Maggo, Saturn, Bella, Clyde, … La fin d’après-midi cède la place à un magnifique crépuscule sur la Tanana Valley. Au loin, les montagnes apparaissent déformées par les mirages glacés du froid septentrionale. Le Denali, de toute sa grandeur, domine la plaine dans sa robe bleu nuit.Peu à peu la cabine s’emplit de nouveaux arrivants : Mirjam & Chad, Sarah, Elise, …. Entre deux verres de vins, les différents plats, suivis des déserts et des cocktails, la soirée s’allonge et culmine lorsqu’Anita sort les tambours athabascan. Ce n’est qu’au petit matin que nous rejoindrons nos  sacs de couchages.

 [singlepic id=751 h=450 float=center]

 Au lendemain de cette soirée mémorable, le lever fut très tardif, au point que nous avons été réveillé par les rayons du soleil à travers la baie vitrée. . Par ailleurs, ce fut ma première nuit dans mon nouveau sac de couchage en plume, spécial -30°C, confortable. Un vrai régal. Eggs, bacons, pancake en guise de dîner petit déjeuner, puis nous apprécions la fin de matinée, début d’après-midi. Sur le chemin du retour, Simon et moi faisons un petit détour par Murphy’s Dome, l’une des collines les plus proéminentes de Fairbanks, sur laquelle se dresse un radôme. Le paysage de l’Interior Alaska, dans sa robe hivernale, s’étend à l’infini : collines s’élevant au milieu de grand plat.

[nggallery id=20131223 template=player  images=0]

 

Notes:
1.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *