Pâques, la tradition de la couronne pascale

2 avril 2013, 3484 Rosie Creek Road, Fairbanks

Hier soir, de retour à la maison à passer 20h00, je me suis attelé à la confection de la  couronne de Pâques. Sans être religieux, j’aime perpétué les traditions gastronomiques et stomacales. Il faut dire que la couronne pascale rythme ma vie : depuis ma tendre enfance, je l’ai toujours vu trôner fièrement sur la table le matin de Pâques, débordant d’œufs en chocolat et en sucre. Quelques jours auparavant, après une discussion avec Andy, une étudiante allemande en échange, nous avions décidé d’envoyé un courriel commun à nos collègues montagnards pour partager le déjeuner de Pâques.

courônnes pascale
Les couronnes de Pâques : une pour nous, une pour le maître de maison et une pour ma colloc’ Erin et Carla

Aux environs de 9h30, alors que je m’attèle à la confection d’un cacao et d’un chaï chez Jon, tout à chacun débarque avec sa contribution personnelle. Il s’avère que l’occupation principale de la nuit fut la confection d’un pain ou d’un gâteau originaire de son pays, souvent cuit à passé minuit pour laisser le temps à la pâte de lever. Quelques petits déboires culinaires de-ci, de-là, entre Andy qui a oublié la poudre à lever dans son pain d’épice, mon pâte qui ne voulait pas lever, la couverture au yaourt d’Aïno qui ne voulait pas prendre.

Un déjeuner gargantuesque tant le nombre de pains, de gâteaux, de pâtisseries étaient nombreux, sans oublier les œufs en chocolats, le lait et le fromage de chèvre, … Un vrai régal qui dura au moins deux bonnes heures.

Un grand merci à mes parents qui m’ont envoyé de nombreux petits œufs en chocolat, quelques lapins et une excellente Colomba, un vrai délice.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *