Staging

14 janvier 2013
Barrow, UIC-NARL, Hut 171
-22°C, HR 72%, légère précipitation sous forme de neige
, vent W 10 nœuds
Hier soir, durant le souper, nous avions décidé que mardi sera consacré à la préparation du matériel pour le montage de la Mass Balance dans le bâtiment numéro 2. Cette phase est couramment appelé staging, pouvant se traduire par “mise en scène” en français, explique le sobriquet de Theatre donné au bâtiment numéro 2. L’installation de la MBS est prévu pour mercredi avec l’extraction de trois carottes, dont les propriétés physiques (salinité, température) seront analysées. Jeudi est dévolu à l’extraction de quelques carottes supplémentaire afin de ramener des échantillons de glace de mer, et d’eau de l’océan à Fairbanks. Finalement, vendredi est un jour tampon, si la météo est mauvaise, ou si nous prenons du retour en cas d’impondérable.

Bref, après le déjeuner aux environs de 9h00, Megan, Josh et moi nous nous retrouvons au Theatre, déballant et préparant le matériel. Megan s’occupe du contrôle des electrode string: quatre chaines composées d’une douzaine d’électrodes chacune, dont il faut vérifier les connexion -. Josh testent que les diverses senseurs de la MBS communiquent sans problème avec l’enregistreur de donnée, ainsi que transmissions radio entre la MBS et la centrale. Ma journée sera dévolue à la préparation de la nouvelle éolienne, l’ancienne accusant 6 hivers fidèles à son poste sur la glace de mer, et une rencontre avec un ours polaire qui a évolué à l’avantage de ce dernier il y a deux ans en arrière. La tâche ne semble pas insurmontable, il suffit théoriquement de percer de trou pour attacher le manchon de l’éolienne dans le mat, puis de raccorder les câbles électriques au régulateur et au rack de batterie.

Mais, l’éolienne est de fabrication européenne, tandis que le mat, un simple profilé circulaire, provient des États-Unis: le diamètre du manchon de l’éolienne, long de 8 centimètres, est plus grand d’un tiers de millimètre que le diamètre intérieur du tube. Un tiers de millimètre ne représentent pas une épaisseur insurmontable, sauf si le tube et le manchon ont été produit en acier inoxydable. Bref, si tant le volume de matière a enlevé est faible, que la tâche est longue, très longue. Dixième après dixième, centimètre par centimètre, je produis de la poussière métallique. Une minute après l’autre, une demi-heure après l’autre, une heure après l’autre, je suis fidèle à ma tâche. De 10h00 à 14h00, ma vie ne sera qu’une succession de deux actions: limer ou poncer.

Finalement, j’arrive à mon but. Il ne me reste plus qu’à percer des trous pour les vis de fixation et préparer la boite recevant le régulateur. Encore une fois, tout aurai pu être simple. Toutefois, je n’ai à ma disposition que deux mèches à percer dont le diamètre n’est pas des plus appropriés. Une bonne heure durant laquelle la mèche est plus utilisée comme une fraise est nécessaire pour percer les deux trous destinés à fixer le manchon. Une bonne heure et demie pour terminer la boite, fixer le régulateur, percer un trou de 3 centimètres de diamètres dans lequel vient s’enfoncer le connecteur militaire pour la prise électrique. Après avoir nettoyer l’espace de travail, ranger mes outils, récupérer les instruments dont nous aurons besoin et il est déjà passé 19h00, l’heure du souper.

Avec Josh, nous retournons au Theatre pour fignoler l’une ou l’autre combine, faire la liste des oublis – matériel à acheter en toute priorité demain matin -, avant de rejoindre à nouveau la cabane pour faire le point sur la journée du lendemain. Le réveil s’annonce matinale, aux environs de 6h00, car Josh doit téléphoner à Campbell, une partie des senseurs ne répondant plus, tandis que Megan et moi organiseront les deux luges. Si tout va bien, nous aimeront être sur le site de la MBS demain vers 11h00, afin de profiter des lueurs diurnes pour son installation.

Comme rien d’excitant n’est venu troublé cette journée, j’en profite pour poster la suite du récit de mes vacances hivernales en kayak de mer avec une nuit de camping à Sandspit Point. Par ailleurs, je vous laisse admirer le long travail de la journée, un véritable huis-clos théâtrale.

 


Series Navigation<< Fondue arctiqueInstallation de la MBS >>

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *