Installation de la MBS

15 janvier 2013, 19h46
Barrow, UIC-NARL, hutte n°171

Claire, -31°C, vent W 6 noeuds
, HR68%

Nous avions conservé une journée pour régler les impondérable. Le premier a eu lieu hier, lorsque soudainement les trois snow pingers, instruments mesurant l’épaisseur de la neige, ont arrêté de fonctionné, au même instant, alors que pendant l’heure précédente, il émettait leur clic régulier..Aujourd’hui, l’équipe de montage de la MBS passe de trois à deux, Megan et moi. Josh, pour sa part reste au Theatre pour essayé de trouver une solution au problème des snow pingers.

La journée sera longue, lever peu après 7h00. Petit déjeuner, puis je m’occupe de répondre à quelques courriels et d’avancer dans la lecture d’un ou deux articles. 9h00, Megan et moi allons faire quelques achats de dernières minutes pour finir de préparer le matériel que nous emporterons pour l’installation, puis commençons à empaqueter nos affaires : les nombreux outils, les divers senseurs, les cadres métalliques, les supports plastiques occupent pleinement les deux luges que nous avons à notre disposition. Peu après 11h00, nous sommes fin prêts. Dehors, la lune a presque disparu derrière l’horizon. Je m’installer confortablement sur le siège de la motoneige et démarre doucement: la luge que je tracte contient tous les senseurs. Les deux pingers sous-marins qui nous permettent d’estimer l’épaisseur de la glace de mer, le CDT – appareil qui mesure de mesurer la conductivité, la température, et profondeur – sont montés au bout de deux perches, posées avec un porte à faux d’un bon mètre à l’arrière de la luge. Afin d’éviter un balancement trop prononcé en raison de la flexibilité des tubes plastiques, ils sont attachés au mat métallique de l’éolienne, dont les pâles sont déja montée sur la turbine, au lieu de devoir accrocher le rotor sur le site de la MBS, comme nous l’avions fait avec l’ancienne éolienne. L’ensemble est quelques peu brinquebalant, et j’avance avec précaution, n’excédant pas la douzaine de miles par heure, et passant toutes les bosses à une vitesse n’excédant pas celle la marche d’une personne du troisième âge. La route est longue, très longue.

Theatre : préparation de la luge
La luge, peut avant le départ, chargée de l’équipement [crédit photographique : Eric Collins]
Sur site, la température de l’air avoisine les -35°C, avec un léger vent d’ouest, le ressenti chute à -42°C. Bref, il ne fait pas chaud, mais le temps est magnifique, presque aucun nuage à l’horizon, le ciel luit de ces teintes pastels, que l’on retrouve uniquement dans les paysages arctiques. Senseurs après senseurs, le site se monte peu à peu: pinger sous-marin, support pour l’enregistreur et le rack de batterie, l’éolienne, le CDT, le mat supportant l’antenne et le capteur d’humidité, … Le travail avance doucement, impossible de courir par de tel température. Les gestes les plus banals deviennent difficile: viser un écrou prends 5 minutes, dresser un mat dans un trou un petit quart d’heure. Le lever de lune est tout simplement magique : la pleine lune monte à l’horizon, s’élevant doucement dans le ciel, arborant une teinte presque vermillon. La fin d’après-midi approche, nous aurons encore juste le temps avec l’aide de Mike, notre bear guard, d’installer les ancrages pour les supports et les deux mats aériens (éolienne et antenne), de ranger nos affaire et de rentrer de nuit.

USA-AK-20140115-140227-blog

Après un peu plus de 6h00 passé sur la glace, dans un univers glaciale, nous apprécions le réconfort chaleureux du Theatre. La journée n’est pas encore finie, il faut encore rincer tous les outils à l’eau fraiche pour éviter toute corrosion, puis rentrer les données récoltées sur les ordinateurs et tenir nos chefs, restés à Fairbanks, Hajo et Andy, de l’évolution. Le résultat de la journée n’est pas mitigé. Si Josh n’a pas réussi à communiquer avec les snow pinger, Megan et moi avons bien avancé pour dire que nous n’étions que deux, et que nous n’avions monté qu’une seule fois la MBS. Au menu de demain, installer les chaines d’électrodes et récoltés trois carottes pour mesurer la salinité et température, montés le rack de batterie et l’enregistreur, ainsi qu’installer la bear fence, une clôture électrifiée pour tenir les ours polaires à l’écart. En attendant, il est temps d’aller manger. Pour changer, nous filons à l’Osaka, le restaurant coréen, où Megan, Kyle et moi nous nous régalons d’une bento box, Eric d’un magnifique plat de sushi, alors que Josh et Brandon optent pour un hamburger. De retour à la cabane,  Josh, Megan et moi travaillons quelques peu, tandis que les biologistes filent sur le BARQ filtrer l’eau de l’océan et observer divers organismes au microscope.

Lever de Lune à Point Barrow, MBS en premier plan [crédit photographique : Eric Collins]
Lever de Lune à Point Barrow, MBS en premier plan [crédit photographique : Eric Collins]

Comme hier, voici une petite vidéo résumant le travail du jour. Au premier visionnement, Megan et moi avons eu la même réflexion, nous aurions du continuer de travailler dans l’obscurité, avant que vous puissiez profiter complètement du lever de lune.

 

Series Navigation<< StagingInstallation de la MBS (suite) >>

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *