Chitina 2017

Fairbanks, 25 août 2017, nuageux, absence de pluie

L’hiver vide les congélateurs ; à l’arrivée du printemps, nombreux ont la panse béante. Tout un chacun apprécie les derniers livres de myrtilles, les ultimes filets de saumons ou quelques morceaux de caribou restant. L’été n’est plus très loin, d’ici quelques semaines les saumons remonteront les rivières, les caribous seront à nouveau gras, les myrtilles pléthoriques… Le cycle ne fera que recommencer.

Cette année, j’ai décidé de prendre les devants et d’expédier la corvée saumon au plus tôt. Fin juin, le niveau de l’eau est assez élevé dans la Chitina pour que les saumons quittent le lit de la rivière pour remonter le long des berges, profitant des tourbillons et contre-courants. Chitina, la pêche au saumon peut y être aussi exubérante, jusqu’à 20 poissons en quelques heures, qu’affligeante au point de revenir sans une prise.

J’écoute depuis des années les avis les plus divergents : « pas trop dans l’année », « attends que le niveau de l’eau redescende » ou encore « attends que le sonar installé à l’embouchure de la Chitina indique un pic, puis descends deux semaines plus tard quand ils auront rejoint le lieu de pêche ». J’ai analysé les données du sonar, tenté de les corroborer avec celle du niveau de l’eau sans succès. Il n’y a pas de recette gagnante. En moyenne, il faut espérer 2 poissons/heure/filet. Souvent pendant quelques jours les saumons remontent en masse, et les gens se ruent à Chitina. Parfois, une affaire de quelques heures suffit pour ne pas profiter de cette manne et revenir bredouille deux jours plus tard.

Après 6 heures de route, sitôt débarqués à Chitina, nous montons les tentes et prenons un petit en-cas avant de nous équiper pour partir pêcher. Si jusqu’à hier les saumons remontaient en nombre, les avis que nous collectons ne sont guère encourageants : entre 0 et 1 poisson pour plusieurs heures d’attente. Sans aucun succès en quelques heures, ni Andy ni moi n’avons même senti la moindre touchette qui aurait pu nous encourager à continuer, nous décidons de changer d’endroit pour rejoindre l’emplacement préféré d’Andy.

Si celui-ci est déjà occupé, nous nous glissons le long de la berge. Le pêcheur installé dans une encoignure spécifique attrape en moyenne un saumon toutes les dix minutes. Nous sommes quatre autres, et c’est à peine si un saumon entre dans l’un de nos quatre filets chaque heure. Au bout de la nuit, après 10 heures, j’ai pêché 2 saumons et Andy 0.

Tant qu’à faire, nous décidons de pousser un peu plus en aval, jusque de l’autre côté du tunnel. Il est presque midi, nous pêchons depuis bientôt 24 heures et nous n’avons toujours que 4 saumons. Nous rentrons jusqu’au campement. Il pleut, alors que nous nous reposons. La pluie est bienvenue, rafraîchissant l’atmosphère surchauffée de l’intérieur.

O’Brien creek, près du parking

Andy retourne pêcher en fin de soirée, puis le lendemain matin avec moi. Peu à peu nous nous rendons à l’évidence, ce n’est pas en patientant quelques heures de plus que nous rapporterons une vingtaine de saumons supplémentaires. Le lundi, peu après midi, nous pliions bagage et rentrons presque bredouilles. Pour la deuxième fois en deux ans, tel est la dure loi de Chitina

Sockey Salmon

À la mi-août, Andy décidera de retenter sa chance. Il descend avec John et Mike et un quad pour transporter le poisson. Le jour avant de partir Mike m’appelle : « Si la pêche est bonne, tu veux que je te ramène quelques saumons ». Une telle offre ne se refuse pas, et je lui proposerais en échange quelques pains. « Ça roule, un pain et un cours pour apprendre à faire le pain ».

Deux jours plus tard, je recevrai un texto : « J’ai 5 poissons pour toi, filets levés et mis sous vide ». Je m’empresserais de décongeler les 3 filets qu’il me reste de l’année dernière et les 5 de cette année pour les fumer et faire de la place pour le nouvel arrivage. Finalement, j’aurais été plutôt chanceux.

Comments

  1. […] être revenu chocolat de Chitina, je m’étais rendu à l’évidence qu’il n’y aurait que peu de chance que j’y retourne […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *